Flash Infos

Passe-sanitaire, télétravail, voyages...
tout ce qui a changé depuis le 9 juin

 

Troisième étape du déconfinement. Travail, loisirs, mariages… revue de détail des assouplissements à compter du mercredi 9 juin.

 

Déconfinement, étape 3. À partir de ce mercredi 9 juin, les règles changent seront opérés par le gouvernement. Couvre-feu, restaurants, voyages, culture, mariages, télétravail… tous les champs de la vie quotidienne seront concernés. Depuis le 9 juin, sera la date de lancement du passe-sanitaire, obligatoire pour accéder aux gros événements et rassemblements. Voici tout ce qui va changer.

 

Le couvre-feu décalé à 23 heures

À partir du 9 juin, vous pourrez profiter des restaurants et des bars plus longtemps. Le couvre-feu sera décalé à 23 heures, contre 21 heures actuellement. Il faudra attendre le 30 juin pour une suppression totale du couvre-feu, si l’évolution des conditions sanitaires le permet.

 

Certains lieux vont pouvoir rouvrir

Beaucoup de Français attendaient cette échéance avec impatience : les festivals en plein air assis seront de nouveau autorisés à partir de ce mercredi, avec une jauge de 65% et un plafond de 5.000 spectateurs. À noter que le passe-sanitaire sera obligatoire au-delà de 1.000 personnes (voir ci-dessous).

Pour pouvoir assister à des festivals en plein air debout, il faudra attendre jusqu’au 1er juillet en revanche.

Les fêtes foraines vont aussi pouvoir reprendre, avec l’application d’une jauge de 4 mètres carrés par client. Et dans les parcs à thème, les attractions pourront rouvrir. Les salons et foires d’exposition vont aussi de nouveau pouvoir accueillir du public, avec une jauge de 50% et un plafond fixé à 5.000 personnes (le passe-sanitaire sera obligatoire au-delà de 1.000 personnes, voir ci-dessous). De même, les salles de jeux, de bowling et d’escape Game vont rouvrir, avec une jauge de 50%.

Les thalassothérapies, spas, hammams et saunas vont (enfin) pouvoir rouvrir leurs portes à partir de ce mercredi, avec une jauge de 35%. Quant aux restaurants d’hôtels, ils pourront de nouveau accueillir les clients extérieurs, dans les mêmes conditions que les autres restaurants (voir ci-dessous).

 

Mise en place du passe-sanitaire pour accéder à certains lieux

Ce mercredi, le pass sanitaire va débarquer dans la vie des Français. Il sera obligatoire pour accéder à certains lieux et événements réunissant plus de

1.000 personnes. Ce sera le cas pour les établissements sportifs et les stades, les salles des fêtes et les chapiteaux, les salons et les foires d’exposition, les grandes salles de conférence, les festivals en plein air assis et les casinos. En revanche, il ne sera pas exigé pour toutes les activités et tous les lieux relevant de la vie quotidienne des Français, comme les grands magasins, les lieux d’enseignement et les espaces de travail, les cinémas, les théâtres, les bibliothèques, les parcs d’attractions, les zoos, les lieux de culte, les hôtels, les campings ou encore les établissements thermaux.

Pour rappel, le passe-sanitaire s’appliquera dès l’âge de 11 ans et il sera intégré à l’application « TousAntiCovid ». Il pourra contenir trois types de

“preuves” différentes permettant d’accéder aux lieux rassemblant plus de cent personnes : le dernier test PCR ou antigénique négatif de moins de 48 heures, un certificat de vaccination contre le Covid-19 ou bien un test PCR ou antigénique positif de plus de 15 jours et de moins de six mois (une sorte d’attestation d’immunité naturelle). 1 QR code sera disponible via le document papier remis à la deuxième injection, ou via l’application « TousAntiCovid ». Il permettra à son titulaire de le scanner à l’entrée du lieu où le passe-sanitaire sera exigé.

 

Les personnes vaccinées pourront voyager plus librement

Si vous avez déjà reçu deux doses de vaccin, vous n’aurez plus besoin de présenter un “motif impérieux” pour voyager au-delà des frontières européennes dès ce mercredi. Vous pourrez donc vous rendre en vacances dans les pays qui acceptent les touristes français comme les Seychelles, la Tunisie, l’Égypte, Dubaï ou encore le Mexique.

Autre bonne nouvelle pour les Français vaccinés : si vous prévoyez de voyager dans l’un des pays de l’Union européenne à partir du 9 juin, vous n’aurez plus besoin de réaliser un test PCR avant de rentrer en France. Seul un test devra être effectué avant le départ en vacances, si le pays de destination l’exige.

 

Vacances : dès le 9 juin, les Européens vaccinés pourront entrer en France sans test PCR

 

 

Les restaurants et terrasses vont pouvoir accueillir plus de monde

Les cafés, restaurants et bars pourront rouvrir l’intégralité de leur terrasse, contre une jauge de 50 % actuellement. Autre bonne nouvelle : ces établissements pourront aussi rouvrir en intérieur, en respectant une jauge de 50 %. Que ce soit en terrasse ou à l’intérieur, la règle de six personnes par table au maximum restera de mise. Par ailleurs, la consommation debout sera toujours interdite.

 

Fin du télétravail à 100 %

Dans le secteur privé comme dans la fonction publique, les règles en matière de télétravail vont être assouplies. À partir de ce mercredi, le 100% télétravail va prendre fin pour les métiers réalisables à distance.

 

Assouplissement des règles pour les restaurants d’entreprise

Pour accompagner le retour plus fréquent des salariés au bureau, les règles pour la restauration d’entreprise vont également être assouplies. Actuellement, chaque salarié qui déjeune dans sa cantine d’entreprise doit être seul à table, avec un espace libre de 8 mètres carrés autour de lui. À partir du 9 juin, le protocole sera le même que pour la restauration classique : les salariés pourront à nouveau déjeuner ensemble, dans la limite de six personnes pat table.

Au global, une jauge correspondant à 50 % de la capacité d’accueil de la cantine d’entreprise devra être respectée. Une distance de deux mètres entre chaque table occupée devra être respectée.

 

Vous pourrez inviter plus de monde à un mariage

Si vous avez prévu de vous marier au mois de juin, bonne nouvelle : vous pourrez accueillir davantage d’invités à la mairie. Ainsi, à partir du 9 juin, il sera possible d’occuper un siège sur deux, contre un emplacement sur trois actuellement, avec un positionnement en quinconce entre chaque rangée. Les mêmes règles s’appliqueront aux pacs. Dans les lieux de culte, les mariages religieux pourront également s’organiser en prévoyant d'occuper un siège sur deux. Si vous avez prévu une fête après votre mariage dans une salle dédiée, les repas assis en intérieur resteront interdits jusqu’au 30 juin. Une jauge de 50 % devra être respectée en intérieur et de 65 % en extérieur, contre 35% actuellement. Toutes ces restrictions seront levées à partir du 30 juin également.

 

Du nouveau pour les activités et les compétitions sportives

Toutes les personnes pratiquant une activité sportive dans un établissement en plein air pourront la reprendre, même si elles pratiquent un sport avec contacts. Dans les établissements sportifs couverts, seuls les sports sans contacts seront autorisés avec une jauge correspondant à 50 % de l’effectif normal. À compter du 9 juin, toutes les piscines (intérieures comme extérieures) pourront donc rouvrir, en respectant cette jauge de 50%.

Côté spectateurs, une jauge de 65% devra être respectée pour toutes les compétitions sportives, peu importe l’établissement (de plein air ou couvert), avec un plafond fixé à 5 000 personnes (contre une jauge de 35 % aujourd’hui, avec 800 spectateurs autorisés au maximum). À noter qu’au-delà de 1 000 spectateurs, le passe-sanitaire sera exigé (voir ci-dessus).

Les pratiques sportives en extérieur (hors compétitions) pourront également reprendre en groupe de 25 personnes au maximum (contre 10 actuellement), même pour les sports avec contacts. Quant aux compétitions sportives en amateur et de plein air dans l’espace public (comme les courses par exemple), elles seront autorisées dans la limite de 500 participants. Les spectateurs ne pourront pas rester debout en zones d’arrivée et de départ. Sur le parcours, la règle de droit commun concernant les regroupements s’appliquera pour les spectateurs debout, à savoir pas plus de 10 personnes rassemblées au même endroit. Pour les spectateurs assis, c’est de nouveau la jauge de 65% qui s’appliquera, avec un plafond fixé à 5.000 personnes.

 

Les cours de danse pourront également reprendre pour tous en école ou en conservatoire, à condition de ne pas avoir de contacts et de respecter une jauge correspondant à 35 % de la classe.

 

Et aussi…

  • Les établissements d’enseignement supérieur devront continuer à respecter une jauge de 50 % jusqu’à la rentrée ;

  • Les AG de copropriété pourront reprendre en présentiel ;

  • Dans les bibliothèques, les centres de documentation et les médiathèques, la jauge passera à 4 mètres carrés par personne, contre 8 mètres carrés actuellement. Un siège sur deux pourra être occupé ;

  • Au maximum 75 personnes pourront être présentes aux cérémonies funéraires, contre 50 personnes actuellement ;

  • Les casinos vont pouvoir rouvrir leurs tables de jeu avec contacts (cartes, roulette…), en respectant une jauge de 50%. Pour les activités sans contact (machines à sous par exemple), la jauge va passer de 35 % à 50 % ;

  • Les cures thermales vont pouvoir reprendre sans condition (contre une jauge fixée à 50% actuellement) ;

  • Pour les parcs zoologiques en plein air, la jauge va passer de 50 % à 65 % ;

  • Les organismes de formation, y compris les centres de formation par apprentissage (CFA), pourront rouvrir dans des conditions normales ;

  • Les rassemblements de plus de 10 personnes restent interdits dans l’espace public, sauf pour les visites guidées

 

 Source : CAPITAL du 07/06/2021

COVID-19 : Question sur la vaccination

Je n'ai rien inventé, si vous êtes éligible à la vaccination contre le COVID-19... Le chemin de croix débute alors pour vous ! Plusieurs séniors de plus de 90 ans n'arrivent toujours pas à se faire vacciner en Haute-Garonne, pire, s'il est possible de le faire, il leur est proposé parfois, de faire jusqu'à 150 kilomètres de leur lieu de résidence. Je trouve qu'à cet âge, obliger des séniors à conduire relève d'une incompétence totale de l'exécutif ! Si tant est qu'ils conduisent encore...
Ensuite il y a vaccin est vaccins ! 
Notamment un qui fait beaucoup parler de lui en ce moment, le britannique "AstraZeneca", retiré massivement de la vaccination dans plusieurs pays du monde et notamment en Europe... Pas en France ? Alors qu'il y a une explosion de Thromboembolie (formation d'un caillot, ou thrombus, dans la circulation sanguine), suite à la vaccination avec ce dernier ! Et notamment un décès connu, une infirmière de 49 ans. Ce n'est pas pour rien que le personnel soignant et réticent à se faire vacciner avec AZ.  À noter que l'Afrique du Sud l'a purement est simplement supprimé, puisqu’il serait sans aucun effet sur le variant Sud-africain et sur d'autres certainement.
En France, à part les premiers vaccinés ou des privilégiés, je ne citerais pas de noms... Le vaccin qui semble avoir les meilleurs résultats est introuvable pour "la population générale", pour reprendre un terme de notre ministre de la Santé. À croire que les autorités sanitaires ne disposent que de l'AstraZeneca. Les retards pris à la décision de passer commande, il y a un an montrent leurs effets désastreux aujourd'hui.
À vous de décider
Alors si vous vous faites vacciner, faites-le en votre âme et conscience, en pesant le pour et le contre.... Je ne suis pas là pour vous dire de ne pas le faire, mais la prudence s'impose, d'autant qu'aucune étude ne vient affirmer qu'il permet de ne plus être contaminant.

Bonne année 2021

2020 va tirer sa révérence et ce n’est pas trop tôt, une année qui ne restera pas dans les annales avec son cortège de désillusions et de contraintes.

2021 arrive et pointe le bout de son nez, souhaitons-nous le meilleur pour cette nouvelle année qui semble partir sous de bons auspices, grâce notamment à l’arrivée d’un vaccin contre le Covid-19, si tant est qu’il soit efficace et ça, c’est une autre paire de manches !

Toutefois… et malgré deux confinements en 2020, le relâchement général pour les fêtes de fin d’année et notamment pour le réveillon de la St-Sylvestre laisse présager un troisième confinement, d’ailleurs envisagé d’ores et déjà par l’exécutif !

Je sous souhaite, à vous, votre famille, vos amis… Une excellente année en pleine santé, en espérant que nous allons pouvoir nous retrouver rapidement pour reprendre une vie sociale pleine et heureuse autour des activités de l’association pour oublier le plus vite possible l’année 2020.

Et voilà re confiné...

Le nouveau confinement prévu pour durer jusqu'au 1er décembre, voire bien au-delà, ne rassure en aucune manière sur l'avenir incertain du Noël 2020.

 

À peine commencé, le nouveau confinement est déjà victime de rumeurs, le faisant courir sur huit voir douze semaines et non plus les quatre annoncées aux Français par le Président, le mercredi 28 octobre 2020. Cela commence à devenir lassant de devoir s'isoler périodiquement. Avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête des seniors ! L'isolement total... Pourtant majoritairement et de loin, ils sont les plus respectueux des règles sanitaires, au regard des risques encourus.


L'économie est mise à mal, les commerçants sont en difficultés financières, de plus en plus de Français sont sans ressources... Les séniors sont isolés. Ainsi va la vie de confiné !


Selon Europe 1, l'Élysée plancherait sur un allongement du confinement au-delà des fêtes de Noël pour contrer cette seconde vague "classée pire que la première". Alors, pourquoi avoir annoncé un confinement de quatre semaines si ce dernier pourrait durer deux à trois fois plus longtemps ? Eh bien parce que si le gouvernement espère que la vague de contamination aura fortement baissé d'ici au 1er décembre 2020, le Conseil scientifique, lui, juge que cela est quasi-impossible. D'autres parts, il est clair qu'annoncer un confinement de quatre semaines, puis de le rallonger au fur et à mesure permet de contrôler la vindicte populaire et par la même de faire accepter plus facilement les nouvelles mesures restrictives de liberté.

 

Un confinement plus long, c'est aussi les fêtes de Noël et du Nouvel An, annulées, elles sont habituellement propices aux dépenses. Vacances aux sports d'hiver, fêtes de famille, cadeaux, dinde, saumon et de foie gras... De joie de vivre, tout simplement !

Confiné à nouveau et ensuite ? 
Les Français vont-ils être libres de tout mouvement, comme pour les vacances d'été et par la suite, celle de la Toussaint ? Histoire de rediffuser le virus pendant les fêtes de fin d'année ? Ou l'exécutif va-t-il prendre des mesures pour enrayer une probable re propagation. Ou les chiffres, très parlant d'une remontée de la pandémie, dès le début du mois d'août ne sont pas convainquant ? 
Si l'intérêt économique des zones tous risques prime à nouveau... Sans être devin, eh bien nous serons en troisième vague, au mois de mars 2021 et ainsi de suite, jusqu'à la mise sur le marché d'un hypothétique vaccin fiable. Si c'est comme pour les masques, ce n'est pas pour si tôt.

Certains experts annoncent déjà des mesures possibles au-delà de l'été 2021... Faut-il s'habituer à ce régime et revoir toute notre façon de vivre ?


En conséquence, les fêtes de fin d'année seront-elles différentes, comme le suggère le gouvernement ? 

Re confinement ?

Eh non ! la rentrée ne s'est pas faite comme envisagé à l'ANR 31.

Tout ça pour ça ! Après un confinement total de deux longs mois, on pouvait penser que la pandémie ne serait plus qu'un lointain souvenir, mais c'est loin d'en être le cas. Après avoir subit, je dis bien subit cet isolement, la raison économique aura eu le dessus sur le bon sens. Fallait-il, dès la fin du confinement, laisser les Français reprendre une vie quasi normale cet été ? Fallait les laisser partir aux quatre coins de l'hexagone ? Je m'interroge sur le bien fondé de cette décision, qui s'avère catastrophique.

 

Certes pour sauver le secteur du tourisme, c'était une bonne chose, mais force est de constater que les foyers de contaminations se sont éparpillés sur tout le territoire et notamment sur les lieux de villégiatures de nombre de nos concitoyens. Le résultat ne s'est pas fait attendre, un peu là l'image de ce rassemblement religieux/sectaire de Mulhouse en février 2020... On en connaît tous aujourd'hui les conséquences.

 

Le résultat ne s'est pas fait attendre, la fin des vacances ne s'est pas traduit, comme imaginé par nos gouvernants, par une reprise de la vie normale. Non bien sûr ! Bien au contraire et la diffusion du Covid19, aidé par l'insouciance de beaucoup de français à fait que la deuxième vague tant redoutée est bien là, rendant à nouveau notre vie quotidienne difficile. Les plus durement touchés sont les seniors en EHPAD qui vivent très mal un reconfirment, alors qu'ils sont déjà très isolés.

En conséquence l'ANR 31 qui devait reprendre partiellement certaines de ses activités est contrainte à nouveau de les mettre en suspend. Pourtant tout était près à un redémarrage, grâce à la volonté des bénévoles pour cette rentrée 2020. Les sorties, animations et visites étaient quant à elles encore suspendues pour des raisons évidentes de risques accentués pour la population des séniors. Les voyages seront probablement à nouveau programmés pour l'année 2021.


Le bureau de l'ANR 31, qui n'a jamais cessé d'œuvrer durant ces derniers mois, a repris ses permanences dès le mois de septembre, et vous serez informés, via le site des dernières mesures prises pour vous recevoir dans nos locaux.

Déconfinement, phase 2

Ce qui nous attend, dans les prochains jours et qu'il est bon de connaître. Pratiquement toutes les régions de France passent en vert. Si bars et restaurants vont pouvoir rouvrir le 2 juin, cela passera par certaines règles à respecter, contraignantes (distance, masques, etc...), ce qui n'encourage pas forcément la convivialité.  Et ce, au moins jusqu’à la phase 3 du déconfinement qui est prévue pour le 22 juin. Reste malgré tout en vigueur la limitation des réunions à 10 personnes. L'application des gestes barrières est toujours encouragé. Enfin l'interdiction de se déplacer à plus de 100 km de chez soi est levée pour tout le territoire. Les salles de spectacle et les théâtres vont ouvrir progressivement  dans notre région à compter du 2 juin et les cinémas seulement le 22 juin. Bien entendu, le port du masque y sera obligatoire et les règles de distanciation physique devront y être respectées, soit un fauteuil sur deux (une rangée sur deux ?).  Les piscines, salles de sports et gymnases, fermés depuis le début du confinement, vont rouvrir dès ce 2 juin.

 

Enfin, une bonne nouvelle, celles et ceux qui étaient éloignés, hors de la limite des 100 km, de leurs enfants ou petits-enfants vont pouvoir goûter au plaisir des retrouvailles, avec prudences et tout en respectant encore les gestes barrières.


En conséquence l'ANR 31 va mettre tout en œuvre pour un redémarrage de ses activités, mais pas avant la rentrée 2020. Les sorties, animations et visites sont suspendues pour des raisons évidentes de risques accentués pour la population des séniors. Les voyages seront à nouveau programmés pour l'année 2021.


Le bureau de l'ANR 31, qui n'a jamais cessé d'œuvrer durant le confinement, reprendra ses réunions physiques à la mi-juin, et vous serez informés, via le site des dernières mesures prises pour vous recevoir dans nos locaux.

Déconfinement et après ?

 

 

Chères amies et chers amis,

 

Le déconfinement c’est pour demain, lundi 11 mai 2020, comme l’a expliqué le gouvernement. Mais pour autant la pandémie n’est pas arrêtée, elle est toujours là et la population des séniors est en première ligne pour développer des formes graves de COVID 19. De fait et j’en suis navré, toutes les activités de l’ANR 31 restent suspendues jusqu’à nouvel ordre.

 

L’impact des masques et la réaction du virus à un changement de température restent des hypothèses. 

La bonne nouvelle c’est que le confinement a bien démontré son efficacité sur la réduction de nouveaux cas graves admis en réanimation, mais malgré tout, avec le déconfinement, une deuxième vague est jugée comme inévitable. Dans leurs conclusions d'évaluation d'efficacité des stratégies de confinement, les scientifiques expliquent et préconisent que dans tous les cas, les séniors devraient rester en confinement. La reprise des écoles à partir du 11 mai avec des règles d'hygiène et de distanciation strictes va à l'encontre de ces mesures de sécurité puisque les enfants ou petits enfants vont à nouveau être très probablement en contact avec leurs grands-parents.

Le déconfinement ne rimera pas immédiatement avec un retour total à la normale. Car même si on a le droit de se déplacer librement il faudra toujours respecter les mesures de distanciation sociales à un niveau maximal, et appliquer les gestes barrières, car le virus sera toujours en circulation. L'Académie nationale de médecine a d'ailleurs conseillé l'utilisation « d'un masque grand public ou alternatif ». Plusieurs villes ont déjà débuté la distribution de masques, puisqu’un arrêté obligeant la population à en porter sur la voie publique et notamment dans les transports en commun sera de rigueur. 

 

Depuis plusieurs jours, le directeur général de la santé déclare que les déplacements interrégionaux ne seront pas possibles tout de suite. Il est évident que si l’Occitanie et la Haute-Garonne sont peu touchées, il n’en demeure pas moins que le virus circule même ici.

De fait et pour une durée qui est encore indéterminée, les déplacements entre régions restent limités à une distance de 100 km, « à vol d’oiseau », pour connaître la limite de vos déplacements, il suffit de tracer un cercle autour de votre domicile ou d’utiliser pour connaître précisément les limites vous concernant, ce site Internet : https://deconfinement.logiciel-sig.com/.

 

Il est donc conseillé aux seniors de limiter les déplacements et les contacts avec des populations à risques pour une durée qui peut être plus longue que prévu. Vous l’aurez compris, si le déconfinement est réalisé, le retour à la normale pour l’ANR 31 n’est pas à envisager pour tout de suite.

 

Une triste vérité, malheureusement !

 

Un désastre. C’est tout simplement un désastre que vit actuellement la France. Le mot « crise » ne suffit plus à définir la situation présente.

 

La France vit des heures de désillusion aussi profonde que celles qu’elle avait connues en mai 1940. La France pensait avoir le meilleur système de santé du monde, comme elle était convaincue d’avoir la meilleure armée du monde en 1940. Et puis, sous nos yeux, tout s’est effondré à une vitesse inimaginable. On se demandait pourquoi la France avait manqué d’avions efficaces, d’armements modernes comme des chars d’assaut, et pourquoi les soldats portaient encore des bandes molletières alors que les soldats allemands avaient des bottes en cuir.

 

Aujourd’hui, on s’interroge pour comprendre pourquoi il n’y a pas assez de masques, pourquoi il n’y a pas assez de respirateurs artificiels, pourquoi la France est obligée d’importer les produits réactifs pour fabriquer des tests de dépistage. On perd notre temps à discuter de problèmes d’intendance qui n’auraient pas dû exister si le système de santé français était vraiment le meilleur du monde. Mais le système de santé français n’est pas le meilleur du monde. La France n’est plus un grand pays, mais une petite nation mesquine, bouffie d’orgueil et de prétention. Et en face d’un virus microscopique, l’orgueil et la prétention, ça ne sert à rien.

 

Une injustice insupportable

Il faudra alors se poser la question de savoir pourquoi un tel désastre. On ne peut s’empêcher de se tourner vers la fameuse « Étrange Défaite - de Marc Bloch », qui, ayant vécu la défaite de 40 de l’intérieur, se posait la question de savoir pourquoi cela avait été possible. Et cette catastrophe en cours nous amène inévitablement aux mêmes conclusions : incompétence, inorganisation, absence de vision à long terme, improvisation. En résumé : nullité de nos dirigeants, et en particulier de ceux en charge du système de santé français.

 

Cette génération de hauts responsables de la santé en France est en train d’entrer dans l’Histoire comme les généraux de l’armée française en 40. Une caste de petits chefs, de techniciens imbus de leur position, de leur suffisance, qui, face au coronavirus, avaient une guerre de retard, comme la plupart des généraux de 1940, qui se croyaient encore en 1918 !

Ceux qui en payent le prix, ce sont les morts de plus en plus nombreux, mais aussi les médecins et soignants qui se sacrifient en y laissant leur peau, pour rattraper des erreurs dont ils ne sont pas responsables. C’est toujours le troufion de base qui paye de sa vie la nullité de sa hiérarchie.

 

Cette injustice insupportable, il faudra en répondre d’une manière ou d’une autre. Le président de la République a très vite comparé cette épidémie à une guerre. Cela pouvait sembler habile, afin de mobiliser la nation entière contre le terrible ennemi. Mais cette comparaison se retourne déjà contre ceux qui croyaient en tirer parti. Car en face d’un tel désastre, on ne pourra pas se contenter de quelques gerbes de fleurs et d’une distribution de Légions d’honneur.

 

Le besoin de justice est le sentiment qui structure une société. Quand il est bafoué, ce n’est pas seulement le système de santé français qui s’effondre, mais la totalité de l’édifice.

 

Source : Charlie Hebdo.fr - 27 mars 2020

 

Extension de la demi-part fiscale
aux veuves d'anciens combattants

Je vous informe d’une disposition fiscale au bénéfice des veuves d’anciens combattants, passée inaperçue.

Suite à un amendement, l'article 158 de la loi de finances 2019-1459 du 28 décembre 2019 a modifié l'article 195 du Code Général des Impôts et accordé le bénéfice de la 1/2 part fiscale aux veuves de plus de 74 ans, quel que soit l'âge de décès du conjoint titulaire de la carte d'ancien combattant.

 

Demi-part fiscale au bénéfice des veuves d’anciens combattants

Textes de référence

 

Article 158 de la loi de finances 2019


I.- Le f du 1 de l'article 195 du code général des impôts est complété par les mots : « ainsi que des personnes âgées de moins de 74 ans ayant bénéficié de la retraite du combattant ».
II.- Le I entre en vigueur le 1er janvier 2021.

 

Extraits de l'article 195 du Code général des impôts au 1 janvier 2021

 

1. Par dérogation aux dispositions qui précèdent, le revenu imposable des contribuables célibataires, divorcés ou veufs n'ayant pas d'enfant à leur charge, exclusive, principale ou réputée également partagée entre les parents, est divisé par 1,5 lorsque ces contribuables :

………………………………….

f. Sont âgés de plus de 74 ans et titulaires de la carte du combattant ou d'une pension servie en vertu des dispositions du code des pensions militaires d'invalidité et des victimes de guerre ; cette disposition est également applicable aux veuves, âgées de plus de 74 ans, des personnes mentionnées ci-dessus ainsi que des personnes âgées de moins de 74 ans ayant bénéficié de la retraite du combattant.

 

Cette disposition est applicable pour les déclarations de revenus de 2021.

 

INFORMATION CORONAVIRUS

 

Chère adhérente, cher adhérent,

Une nouvelle épreuve difficile s’annonce pour nous, le monde traverse actuellement une crise sanitaire sans précédent avec le Coronavirus. Le passage au stade 3 a désormais été décrété par le Gouvernement.

Face à la situation et à l’envergure que prend la propagation du virus. Nous vous rappelons que vous pouvez trouver les consignes concernant vos déplacements sur le site : www.gouvernement.fr

 

Sachez aussi que toutes les activités de l’association sont suspendues au moins jusqu’à l’été (voyages, sorties, animations, visites…).

 

Les mesures de confinement draconiennes prises, dès ce mardi 17 mars, peuvent mettre certains d’entre vous en difficulté… N’hésitez pas à nous faire part de vos problèmes (ravitaillement, médicaments, etc.). Nous tenterons, dans la mesure du possible de vous aider.

 

Je tiens à souligner que l’ANR 31 reste à vos côtés, prête à répondre à vos questions et vous guider dans vos démarches. Le bureau reste mobilisé, dans le respect des règles édictées par le Gouvernement, pour vous soutenir et tenter d’apporter des réponses à vos demandes légitimes dans les plus brefs délais.

Je vous invite à suivre les informations sur le site : www.anr31.com, en laissant vos coordonnées dans la partie messagerie, nous y répondrons le plus rapidement possible.


De la part du bureau et du comité de l’ANR 31, je tiens à informer de notre soutien le plus total.


Merci de votre compréhension,

 

Le président, Philippe Blanc

Mesure contre le Coronavirus (COVID19)

Mes chers ami(e)s,

Suite à l’extension inexorable de l’épidémie de Coronavirus et dans le droit fil des déclarations de l’exécutif, je vous invite à prendre connaissance de l’information suivante :

En conséquence, toutes les activités non essentielles au fonctionnement de l’association de l’ANR 31 sont annulées jusqu’à nouvel ordre.

Sachant que les seniors sont plus sensibles à cette épidémie, il est vraiment plus prudent de ne pas s’exposer et prendre le risque de propager le virus.

Je vous remercie pour votre vigilance en cette période troublée dont la durée est actuellement fixée à quelques semaines et je vous invite à rester vigilant.

Réparation du préjudice subi par les personnels de France Telecom dans les années 2007 à 2010

Vous le savez certainement, l’entreprise Orange a été récemment condamnée, notamment pour les méthodes contestées de management du personnel appliquées dans la période 2007 à 2010. Orange, qui n’a pas fait appel de cette condamnation, a mis en place une cellule pour accueillir les personnels, même retraités, qui estimeraient avoir subi un préjudice lors de la période concernée, et instruire leur dossier en vue d’une éventuelle indemnisation.

Je vous communique les coordonnées de cette cellule : Orange / Comité de suivi et de réparation

10 rue Jobbé Duval

75015 PARIS

commission.indemnisation@orange.com

Emploi à domicile : encore un coup de rabot pour limiter les avantages pour les personnes âgées

Le gouvernement veut mettre fin à l'exonération totale de cotisations sociales sur l'emploi à domicile pour les personnes de plus de 70 ans. L'exécutif souhaite qu'uniquement les personnes de plus de 70 ans en situation de dépendance ou de handicap bénéficient d'une exonération totale.


Dans le cadre du nouveau projet de loi de finances, l'exécutif souhaite en effet que cette aide pour faire le ménage, la cuisine ou encore les courses soit désormais réservée aux seniors en perte d'autonomie, c'est-à-dire aux personnes en situation de totale dépendance ou handicapées. Un coup de rabot qui aurait pour conséquence de faire 310 millions d'euros d'économies en 2020, puis 360 millions les années suivantes. Insidieusement l'exécutif déclare vouloir mieux cibler les exonérations, ah bon !

 

Quoi qu'il en soit, cette nouvelle mesure risque de déplaire aux familles, dont certaines sont déjà mobilisées contre la sous-indexation des pensions et l'augmentation de la CSG des retraités.

De son côté, le gouvernement justifie cette décision par la nécessité de mieux cibler les exonérations : "Donner de l'argent à des retraités qui paient l'impôt sur la fortune pour payer leur jardinier, c'est totalement injuste et c'est le système actuel", certes, mais sous prétexte de cet argument, c'est toute une population de retraités qui va être impactée et pas seulement ceux qui ont de hauts revenus.


Actuellement, les plus de 70 ans bénéficient d'une exonération totale de cotisations patronales pour leur employé à domicile, sauf pour les cotisations accident du travail maladie professionnelle. Un dispositif dont le coût sur l'année 2019 est estimé à 1,8 milliard d'euros.
Toujours selon la source,
l'exécutif n'aurait pas non plus prévu de conserver l'exonération totale des plus de 70 ans en bonne santé, mais qui ont des faibles revenus, nous y voilà ! Le nombre de personnes qui perdraient cet  avantage dans le cadre de ce projet de loi de finances n'a pas encore été déterminé, mais cette nouvelle mesure va une fois de plus impacter les revenus des retraités, les plus démunis.


Source : © afp.com

 

Cacophonie sur la CSG des retraités

 

Vous en avez entendu parler... il y a des mesures pour adoucir la hausse de CSG pour les retraités.

Ce geste ridicule du gouvernement en direction des retraités les plus modestes, soit environ 300 000 foyers (un chiffre ridicule, surtout quand on sait que les retraités sont plus de 16,3 millions) seront exonérés de la hausse du taux de CSG de 1,7 point, pour un coût de 350 millions d'euros. Mais le plus cocasse c'est que la mesure est jugé insuffisante par la majorité présidentielle (sic !) mais pas comme on est en droit de s'y attendre.

En effet, une vingtaine de députés LREM ont déposé un amendement introduisant une progressivité dans les taux de CSG pour faire porter l'effort sur les retraités les plus favorisés. Ces derniers verraient donc leur CSG encore relevée. Mais voilà, quand on sait que le seuil de déclenchement est inconnu, ça fait un peu peur, qui serait impacté ? Et de quel pourcentage !

Cet amendement, adopté en commission contre l'avis du rapporteur général, devrait peut-être tomber en séance. mais il démontre bien les dissensions présentent au sein de la majorité.

 

En plus, nous serons encore une fois mis à contribution l'an prochain, avec la sous-valorisation des pensions. Du fait de la sous-indexation de retraites, fixée à 0,3 % pour une inflation prévisible supérieure à 1,4 %.

 

En 3 ans, plus d’un mois de pension
pris dans la poche du retraité

Trop c'est trop !

(Exemple concret d’un retraité qui percevait en décembre 2017 la pension moyenne de 1 376 € brut. Sans compter les pertes du passé (gel des pensions, CASA, CRDS), à partir du 1er janvier 2018, s'y ajoute -1,7 % avec la CSG, et - 1,7 %  avec la hausse des prix évaluée pour 2018 : la facture est salée, 561 € de perte de pouvoir d’achat pour l’année 2018. Si le gouvernement limite à 0,3 % la revalorisation des pensions, pour une inflation de 1,7 %, ce sera une perte de près de 669 €, par an, en 2019 et en 2020.)

L’ANR 31 était dans la rue, le 18 octobre 2018, avec un millier de retraités, sous une pluie battante !

 

Il est plus que temps que les retraités se manifestent en nombre dans la rue pour bien montrer au gouvernement qu’ils ne sont pas dupes et pour faire part de leurs mécontentements !

Plus nous serons nombreux plus nos revendications les plus légitimes seront entendues…