Flash Infos

Des nouvelles de la revalorisation

La revalorisation est enfin effective et en totalité de 4 %, si on fait le compte, revalorisée à compter du 1er juillet, cela fait une revalorisation réelle de 2 % /mois sur l'année glissante ! Loin, très loin des plus de 8 % d'inflation prévisible au 31 décembre 2022. Alors que la revalorisation de janvier 2002 pour le compte de l'année 2021 n'avait été que de 1,1 % ...

L'avenir est plutôt morose pour les retraités dont le pouvoir d'achat ne cesse de baisser d'année en année ! Pour rattraper ce retard, il faudrait pratiquement que la revalorisation de janvier soit de 10 % ! Eh oui, c'est beaucoup pour l'exécutif mais c'était une promesse de campagne de notre Président ...

Alors, n'ayez qu'une parole, Monsieur le Président !

Revalorisation des retraites

La mascarade continue, après avoir repoussé son versement prévu initialement sur la pension de juillet 2022, l'exécutif l'a retardée par deux fois, d'abord en août puis en septembre !


La pension du mois est là, mais elle ne comporte que le versement de la revalorisation du mois de septembre... Le gouvernement ayant repoussé, une fois de plus ! à fin octobre le versement de la revalorisation, de juillet et août sur la pension du mois d'octobre 2022

 

(Texte officiel du site du gouvernement)


Revalorisation des pensions
La revalorisation des pensions est fixée à 4 %, à compter du 1er juillet 2022. Celle-ci sera effective sur votre pension mise en paiement le 29 septembre. Le rappel des mois de juillet et août sera effectué sur votre pension du mois d’octobre.

Bis repetita ... Le gouvernement à une haute considération des retraités !

Versement de l'augmentation

des pensions et retraites de 4 %

Nombreux sont ceux qui s'inquiètent de ne pas voir le montant de l'augmentation effectif sur leurs pensions perçues fin août. C'est normal, le gouvernement a reculé, encore une fois ce versement sur la pension du mois de septembre. Il sera effectué rétroactivement à compter du 1er juillet 2022.
Logiquement il ne devrait être visible sur votre pension que fin septembre ... Affaire à suivre !

 

"Indexation des retraites" sur l’inflation :
le slogan trompeur du gouvernement

Le brouillard a mis deux mois à se dissiper. Quelques jours avant le premier tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron promettait une mise à niveau des retraites face à l’inflation : « Compte tenu des prix, je pense qu’il faut indexer les pensions de nos aînés dès cet été », déclarait le président-candidat sur TF1 le 6 avril. Sans autre précision, la notion « d’indexation » restait alors floue. Mais la formule laissait penser que les versements seraient bonifiés selon l’évolution des prix, telle que calculée au fil des mois par l’Insee, de manière à préserver le pouvoir d’achat.

À LIRE AUSSI : Grosse manip : cette hausse des prix qu'on nous cache Le lendemain, Bruno Le Maire a paru confirmer cette interprétation : « On fera une nouvelle revalorisation à la hauteur de l’inflation. Aujourd’hui, elle est à un peu plus de 4 %, donc ce sera dans cet ordre de grandeur là. Je ne vais pas donner un chiffre précis, parce que ça dépendra de [son évolution] dans les semaines qui viennent », précisait-il sur Franceinfo. Le ministre de l’Économie renvoyait ainsi à la dernière évolution annuelle des prix publiée par l’Insee (+4,5 % de mars 2021 à mars 2022).Dans les semaines suivantes, des membres de l’exécutif ont réitéré à de multiples reprises cette promesse « d’indexation ». Tout en restant vagues sur son contenu exact. « Dès que la majorité présidentielle sera présente à l’Assemblée, l’Assemblée nationale et le Sénat seront saisis d’un texte (...) qui permettra d’indexer les pensions de retraite », indiquait ainsi Olivier Dussopt sur RTL le 24 mai, en précisant que la mesure s’appliquerait à partir du versement d'août prochain. Le nouveau ministre du Travail reprenait ensuite le chiffre de 4 %, mais en apparence à titre d’illustration : « Si on tient compte d’une inflation à 4 %, pour une pension à 1 200 euros, c’est un gain de 45 euros par mois », calculait-il. Calculs savants Deux semaines plus tard, cet exemple s’est avéré correspondre à l’étiage retenu par le gouvernement. « Je vous le confirme : une revalorisation de 4 % sera perçue pour toutes les retraites dès juillet. (...) Engagement tenu ! », s’est targuée la Première ministre Élisabeth Borne sur Twitter, après avoir annoncé ce montant le 7 juin sur France Bleu. Problème : l’engagement initial était plus qu’ambigu, et sa mise en œuvre s’éloigne des contours dessinés par Bruno Le Maire avant la présidentielle. Car depuis, les prix ont continué d’augmenter : ils étaient en hausse de 5,2 % sur un an en mai selon l’Insee. Au contraire de ce que laissait entendre le ministre de l’Économie, l’exécutif n’a donc pas ajusté son bonus à « l’évolution de l’inflation dans les semaines » suivant la promesse d’Emmanuel Macron. Et opte pour une hausse inférieure à celle de l’indicateur-phare de l’Insee, malgré ses promesses « d’indexation ».Pour autant, Élisabeth Borne reste droite dans ses bottes dans ses dernières interviews. « Avec la revalorisation qui est intervenue au 1er janvier, ça fera plus de 5 % [de hausse depuis le début de l’année, N.D.L.R]. On veut qu’aucun retraité ne perde du pouvoir d’achat », a fait valoir la Première ministre sur France 3 ce mercredi 8 juin.

De fait, les pensions avaient déjà été rehaussées de 1,1 % en janvier, en vertu des règles habituelles. Hasard ou non, le total évoqué par la cheffe de l’exécutif s’approche des 5,2 % d’inflation publiés par l’Insee : cela veut-il dire que le pouvoir d’achat des retraités a été préservé ?

À LIRE AUSSI : À la pompe, au supermarché… Et si on bloquait les prix ? Une telle présentation serait en réalité très discutable. Car la hausse de janvier n’est pas venue compenser l'inflation des derniers mois, mais celle intervenue l’an dernier, et n’a pas empêché les retraités de perdre du pouvoir d’achat sur ce laps de temps. En effet, le coefficient légal appliqué chaque année est entaché d’un certain décalage : il ne suit pas le niveau des prix en eux-mêmes, mais « l’inflation moyenne » des 12 derniers mois. Illustrons cette dernière formule avec un cas pratique : si le tarif moyen de la baguette avait été de 1 euro en 2020, puis de 1 euro et 10 centimes en 2021, alors « l’inflation moyenne » de ce produit aurait été de 10 %. En cas de hausse rapide des prix, cette méthode engendre un retard notable par rapport aux derniers tarifs observés, puisque son résultat est tiré vers le bas par ceux enregistrés en début d’année. Érosion prononcée ... C’est justement ce qui s’est produit l’an dernier : d’après l’Insee, les prix ont augmenté de 2,8 % entre décembre 2020 et décembre 2021. Pourtant, les pensions de base n’ont donc été bonifiées que de 1,1 % en janvier 2022. S’y ajoutent les pensions complémentaires, dont l’évolution n’est pas décidée par le gouvernement mais par les caisses indépendantes qui les gèrent. Celles-ci ont également été sous-revalorisées : le principal régime, l’Agirc-Arrco (71 % des retraités y émargent), n’a bonifié ses versements que de 1 % en octobre.

 

À LIRE AUSSI : Macron et le pouvoir d'achat : des petits aménagements plutôt qu'une vraie politique. En découle une érosion du pouvoir d’achat des retraités. Au total et d’après nos calculs, la pension d’un retraité-type du régime général a plongé de 5,4 % entre janvier 2021 et mai 2022, en corrigeant sa valeur de la hausse des prix. Autrement dit, un pensionné touchant une solde de 1 000 euros par mois a perdu l’équivalent de 54 euros en mai 2022, par rapport à son revenu de début 2021. Autre résultat : en cumulant les pertes enregistrées depuis presque un an et demi, le total atteint 343 euros. Ce manque à gagner a été en partie compensé par l’indemnité inflation de 100 euros, versée en février à tous les retraités touchant moins de 2 000 euros mensuels. Certains ont également bénéficié du chèque énergie exceptionnel de 100 euros, mais ils sont a priori peu nombreux : cette aide n’est accessible qu’aux Français gagnant moins de 900 euros par mois (en équivalent pour une personne seule)… soit un seuil inférieur au minimum vieillesse.!

Source de cet article

 

COVID 19

Alors que les restrictions ont été levées et que le Passe-Vaccinal est suspendu, qu'en est-il de la situation sanitaire en France et en Occitanie en particulier ?


Alors que de nouveaux variants OMICRON font leurs apparitions, BA4, BA5, etc. le relâchement général fait que de nombreuses personnes vaccinées sont à nouveaux positives et notamment dans la population des séniors.
Il est vrai que même dans les commerces où le port du masque est obligatoire, les pharmacies par exemple... nombreux sont ceux qui s'affranchissent de ce respect ! Alors imaginez dans un espace commercial traditionnel, ce n'est pas un comportement civique et responsable, d'autant qu'une récente étude britannique indique que les personnes non-vaccinées encore à ce jour sont des vecteurs de contamination aggravée !


Je ne peux que vous conseiller de conserver votre masque dès que vous êtes dans un lieu qui concentre beaucoup de personnes, c'est plus prudent, et cinq minutes de désagrément valent bien la dizaine de jours à vous remettre d'une positivité au COVID, avec tous les risques qui en découlent.

Pandémie de COVID-19 … 6e vague !

 

Alors que l'obligation du port du masque est levée depuis le 14 mars, les élections approchent à grands pas ! Les contaminations au Covid-19 ne cessent d'augmenter, ce qui était prévisible. C’est en effet, au total, plus de 180 000 cas qui ont été détectés sur la seule journée du 22 mars selon Santé publique France. Sur la semaine qui vient de s'écouler, le pays a enregistré en moyenne près de 104 000 nouveaux cas de Covid-19 chaque jour. Par ailleurs, plus de 20 000 personnes sont actuellement hospitalisées sur le territoire pour une forme grave du virus. Si la situation sanitaire devait continuer à se dégrader, l’exécutif envisage sérieusement d’imposer "Enfin" le port du masque et un probable retour du Pass-Vaccinal (juste suspendu). 

Situation sanitaire de la
pandémie de COVID-19

 

La date du 14 mars 2022 voit la suspension de Passe Vaccinal et du port du masque dans certains lieux. Malgré tout la pandémie est bien là et le Variant Omicron BA2 semble faire parler de lui avec une forte augmentation de cas en France et notamment dans les regions de la première période des vacances scolaires. Delors, qu'il y ait une cause à effet, il n'y a qu'un pas ! La plus grande prudence s'impose à tous les Français et le port du masque reste conseillé dans lieux publics ou privés et notamment où se côtoie beaucoup de personnes !

Cette curieuse suspension intervient dans un contexte particulier, celui de l'élection présidentielle, un choix délibéré, une réelle baisse des contaminations ? La question reste entière, et les chiffres semblent afficher en tout cas le contraire.

 

Mauvaise nouvelle, le calendrier de versement des pensions a changé pour 2022

La date de versement des pensions a changé pour les fonctionnaires en 2022, elles seront bien versées les retraites ... Oui mais avec une semaine de retard !

Cela peut paraitre anodin, mais c'est une semaine plus tard, aux retraités de faire avec ! Ceux qui sont juste limite n'arant pas de cadeau de leurs organismes bancaires, si des agios sont à payer !

Pas tellement grave, il suffit de s'adapter au nouveau régime de versements. Mais pour ceux qui attendent leurs retraites impatiemment pour faire leurs courses ... Eh bien ! C'est une semaine de perdue !

Exemple pour le mois de janvier 2022 : elle passe du 22 au 28 janvier ! 

La sentence est tombée, revalorisation des retraites ridicules au 1er janvier 2022

La sentence est tombée et ce ne sera que 1,1 % d'augmentation qui sera octroyée aux retraités le premier janvier 2022.  Alors que l'inflation dépassera largement les 2,5 %, sans tenir compte des augmentations du Gaz, du carburant, de l'électricité, auxquels s'ajoutent, une envolée des prix des produits alimentaires ! L'exécutif fait comme si le fait d'être retraités, nous ne serions pas impactés par cette monstrueuse dérive des prix.

Le 2 décembre 2021, l'ensemble des représentants des retraités appelle à une manifestation nationale pour faire entendre notre désarroi devant une telle injustice ! Nous qui avons cotisés toute une vie pour une retraite décente, nous sommes moqués par le gouvernement.

L'ANR 31 sera dans la rue pour faire valoir nos droits, venez nombreux, sous la bannière de notre association.

Tout augmente, sauf nos retraites !

La rentrée s'annonce difficile, alors que tout augmente, nos pensions et retraites stagnent depuis des années, rendant le quotidien de nombre de retraités de plus en plus difficile. Comme si le fait d'être retraités, nous ne serions pas impactés par cette dérive des prix.

Le 1er octobre 2021, un peu partout en France les retraités vont manifester, à nouveau, pour crier leurs désarrois face à cette perte de leurs pouvoirs d'achat qui ne cesse de fondre comme neige au soleil.

Mépriser et stigmatiser les retraités n'est pas la solution ! La majorité actuelle n'est pas à cela près pour masquer son incompétence de plus en plus criarde... Ce n’est pas nous c'est eux ! Cela suffit ... 

La reprise des activités à l'ANR 31 se précise

et petit point sur la vaccination

 

Alors que la vie reprend petit à petit son cours normal, l’association redémarre enfin ses activités après de longs mois de sommeil forcé, à cause de cette satanée pandémie mondiale.

Pourtant une minorité reste encore opposés à cette vaccination et aux règles qui en découlent (Pass Sanitaire), mise en œuvre pour vivre une vie à peu près normale !

Je vous livre une réflexion, libre à vous de la partager ou de la refuser.

Oui, je suis vacciné et non je ne sais pas ce qu'il y a dans ce vaccin. Ni dans celui-ci ni dans ceux que j'ai reçus enfants. Et je ne sais pas non plus ce qu'il y a dans beaucoup d'autres traitements...

Que ce soit pour le Cancer, le Sida, la Grippe, la Polyarthrite, etc. Mais je fais confiance à mon médecin quand elle dit que c'est nécessaire.

Je ne sais pas non plus ce qu'il y a dans l'Ibuprofène, le Tylenol ou d'autres médicaments pourtant en vente libre.

Je les utilise parce qu'ils guérissent mes maux de tête et mes douleurs...

Je ne sais pas ce qu'il y a dans beaucoup de produits, la nourriture et les produits agro-alimentaires, ni quels sont tous les ingrédients utilisés dans mon savon, shampoing ou autre déodorant.

Je ne sais pas l'effet à long terme de l'utilisation du téléphone portable ou si ce restaurant où je viens de manger a vraiment utilisé des aliments sains et propres, si le personnel s'est-il lavé les mains.

Bref...

Il y a beaucoup de choses que je ne connais pas et que je ne connaîtrai jamais...

Mais je sais juste une chose :

La vie est courte, très courte, et je veux pouvoir faire autre chose et profiter de mes journées que de rester enfermé chez moi. Je veux pouvoir voyager et embrasser les gens sans crainte et retrouver un petit sentiment de vie comme avant.

Enfant et plus tard adulte, j'ai été vacciné contre les Oreillons, la Rougeole, la Rubéole, la Polio et pas mal d'autres maladies. Mes parents et moi avons fait confiance à la science et nous n'avons jamais eu à souffrir ou à transmettre l'une de ces maladies susmentionnées.

Je suis vacciné, pas pour faire plaisir au gouvernement, mais pour :

- Ne pas mourir du Covid-19.

- Ne pas encombrer un lit d'hôpital si je tombe malade.

- Ne pas priver d'un lit d'hôpital des malades avec des pathologies lourdes.

- Pour pourvoir embrasser mes proches sans crainte.

- Ne pas avoir à faire de test PCR ou antigénique pour sortir danser, aller au restaurant

- Partir sereinement en vacances et bien d'autres choses à venir...

- Bref, pour vivre ma vie.

- Pour que les enfants / petits-enfants de mes amis retournent à l'école et fassent du sport.

- Pour que Covid-19 ne soit rapidement qu’un vieux souvenir.

- Pour nous et se protéger tous les uns des autres.

Vous pouvez aussi copier ce texte

 Merci

La rentrée 2021 de l'ANR 31 se précise

Tout sera mis en œuvre pour redémarrer nos activités dès cette rentrée automnale de 2021. Pour se faire, le comité va se réunir le 9 septembre pour s'y préparer.
Certes, nous serons tenus, comme la loi nous l'impose à prendre des mesures drastiques, comme le fait de contrôler votre passe sanitaire pour participer à nos activités. Il faut bien en passer par là.

 

Sachez aussi que des annonces importantes, sur la vie de l'ANR, seront faites sur le prochain bulletin qui devrait vous parvenir fin octobre.


D'ores et déjà, un séjour ANCV a été mis sur pied pour cette rentrée, début septembre, un redémarrage timide, mais un redémarrage malgré tout.


D'autres annonces de sorties ou de rencontres vont vous être proposées. Restez vigilant et suivez les informations qui vous seront données, au fil de l'eau, sur le site et au travers des bulletins de fin d'années.


À voir revoir très vite