Pour nous écrire

ANR 31

3, rue de l'université du Mirail

BP 65723 - 31057 Toulouse CEDEX 1

Courriel : anr.031@wanadoo.fr

Téléphone : 05 34 60 11 83 - Attention ! pas de répondeur

Permanence au local, les mardis de 14 à 17h  (hors congés scolaires)

Nombre de visites :

La fin du téléphone filaire traditionnel

Après la fin de la télévision analogique au profit de la TNT, une autre annonce va bouleverser la vie de nombre d’utilisateurs, mais cette fois-ci, de téléphone fixe ! Orange prépare l'arrêt total du plus vieux réseau téléphonique de France que vous connaissez bien, les combinés branchés à de simples prises téléphoniques (en té). Ce réseau, désigné sous le nom de réseau téléphonique commuté (RTC), compte pour la France près de 12,9 millions de lignes RTC, à ce jour, selon l'Autorité des télécoms (ARCEP), soit un peu plus d'un tiers des lignes téléphoniques actuellement en service.

Serez-vous privé de téléphone fixe du jour au lendemain ? Pas d’affolement, pas vraiment ! Mais les choses vont progressivement changer avec la mise en place du nouveau réseau qui passera par IP (Internet Protocol). Ce qui est le cas pour les utilisateurs connectés chez eux via une Box à Internet. Ainsi pour bénéficier d'une ligne fixe, il faudra s'équiper d'une mini box spécifique, dite DSL, qui viendra se connecter entre le combiné et la prise murale, à l'instar des box Internet.

Rassurez-vous, Orange s'attaque à ce problème très en amont, parce qu'il doit, avant tout, prévenir les usagers, au moins cinq ans avant d'arrêter complètement le réseau RTC actuel.  Une subtilité du processus toutefois, si le RTC sera arrêté, ce ne sera pas le cas des services ADSL qui, pourtant, fonctionnent eux aussi, sur le cuivre et qui permettent de téléphoner, de se connecter à Internet ou bien de regarder la télé. La moitié des foyers français sont équipés d'un tel dispositif.

Pour Orange, l’enjeu est aussi conjoncturel, l'entretien du RTC est de plus en plus problématique. Schématiquement, pour que ce réseau fonctionne, il faut d'un côté un téléphone et de l'autre un commutateur. Hors ces commutateurs sont des équipements vieillissants, datant des années 1970. Les équipementiers télécoms n'en produisent plus. Autres problèmes, le manque de techniciens : ceux qui maîtrisent à merveille ce domaine vont bientôt partir à la retraite. Pour Orange, former des jeunes de 20 ans à une technologie sans avenir n'a aucun sens !

Si les choses ne vont pas changer au cours de l’année 2017, avant la fin 2018, une personne qui souhaitera faire installer une nouvelle ligne RTC ne le pourra plus. Des services de remplacement lui seront proposés, sur l'ADSL ou la fibre. Ce n’est qu’à partir de 2021, qu’une nouvelle étape sera franchie. Le service RTC sera arrêté, par vague avec un calendrier par régions. Les abonnés se verront proposer des solutions alternatives, en fonction des évolutions technologiques du moment.

Ce n’est pas totalement sans effet sur l’économie, car deux professions sont particulièrement impactés : les commerçants et les ascensoristes, d’autre part, car les services d'appel d'urgence des ascenseurs sont encore très souvent branchés sur le RTC. Dans ce cas, les copropriétés disposant d’un tel équipement ont tout intérêt à agir au plus tôt, pour éviter les pics de demandes et la flambées des prix !

Mais il y a aussi d’autres secteurs qui sont concernés : certains terminaux de paiement fonctionnent sur le RTC, il faudra les changer. Bon, inutile là aussi de paniquer, il faut relativiser, il reste encore au moins cinq ans, mais la prudence s’impose et il vaut mieux ne pas attendre le dernier moment. D'autres services, comme certaines lignes d'urgence, de télésurveillance ou de télé-alarme dépendent elles aussi du RTC et devront faire l'objet d'une mise à jour. Petit détail qui a toute son importance : si un téléphone branché sur une ligne RTC fonctionne même en cas de panne d'électricité. Les nouveaux équipements eux, nécessiteront tous obligatoirement une alimentation électrique. Ce qui pourra poser des problèmes aux services d'urgence, notamment.

Il n’y a pas que du négatif, l'arrêt de cette technologie aura aussi un effet bénéfique et vertueux sur l'environnement. Les commutateurs sont bien plus gourmands en électricité que les dispositifs qui les remplaceront.